AUTOUR DU CORPS

Une attention portée au maintien physique des personnes nous semble essentiel : cela concerne la diminution des tensions physiques, le travail postural, l’initiation à la danse contact… Être à l’aise dans son corps est un prérequis important pour aborder les divers champs de la vie.

 

L'ATTENTION AU CORPS

Le parcours des parents d’un enfant atteint d’autisme est sinueux et complexe. Il passe par la stupeur de l’annonce du diagnostic, à la recherche parfois effrénée pour trouver les possibilités, les fenêtres qui vont  « ouvrir », « libérer » ces enfants.

 

Les notions vagues « d’ouverture » et de « liberté » font parfois écho à la souffrance des parents de ne pas avoir mis au monde un enfant comme les autres dans une société où l’on n’apprend ni à accepter ni à intégrer la différence.

 

Dans un premier temps, les efforts vont se concentrer vers un désir de retour à la normale envers et contre tout, parfois en dépit de l’écoute des besoins profonds de l’enfant.

L’une des priorités des parents et professionnels est de trouver des moyens, des méthodes pour entrer dans l’apprentissage, pour combler « l’insupportable » décalage entre un enfant sans autisme et un enfant avec autisme, vouloir scolariser l’enfant à tout prix et petit à petit tout faire pour rattraper le retard, même si la cour de récréation est un cauchemar absolu.

L’énergie est entièrement happée par le développement de l’intellect.

Dans un pays où la valeur qui prime est celle du développement de l’intellect et du mental comme modèle social de réussite et d’intégration, le corps et les apprentissages corporels ne sont pas perçus comme pouvant avoir un effet sur l’épanouissement de la personne à tous les niveaux (mental, affectif, porteur de confiance en soi, et aidant à conscientiser certains processus comme la propreté par exemple).

Le corps n’a pas d’autre choix que celui de suivre tant bien que mal ou d’être laissé à l’écart.

Les techniques qui travaillent sur les capacités mentales des enfants sont indispensables et efficaces, mais insuffisantes dans certains cas. Parfois des enfants sortent de l’autisme ou parviennent à vivre parmi les personnes sans autisme. Mais combien sont-ils ? Combien de Temple Grandin, d’Hugo Horiot et de Joseph Schovanec peuvent écrire et partager leur expérience ? Leurs témoignages sont indispensables car ils parlent à la place de ceux qui ne peuvent pas le faire, à la place de celui qui crie en entendant une moto passer car la fréquence résonne comme une torture dans ses oreilles, à la place de celui qui ressent les gouttes d’eau provenant du pommeau de la douche comme des marteaux piqueurs pénétrant dans son crâne. Sans leurs témoignages nous ne comprendrions pas ceux qui n’ont pas la chance de s’exprimer et qui ressentent avec une grande violence ces troubles sensoriels et d’autres encore.

Les années passent, l’enfant grandit et le voici déjà adolescent, parfois il ne parle toujours pas malgré les efforts de professionnels compétents. Les troubles du comportement et les gestes stéréotypés ressurgissent ou bien apparaissent à nouveau x avec les changements hormonaux.


Le strabisme, la marche sur la pointe des pieds ou l’œil divergent, tous ces disfonctionnements auxquels nous n’apportions pas de priorité particulière étant chez l’enfant petit, nous sautent soudain aux yeux. Nous anticipons les années à venir et nous nous projetons dans l’âge adulte. Il devient urgent, pour leur santé physique, de corriger des démarches claudicantes, des anomalies posturales, des mains qui ont tendance à se tétaniser… Et dans notre for intérieur de parents, nous nous disons qu’il faut tout faire pour éviter que ces corps qui réclament notre attention deviennent source de mal être durable, et facteur d’exclusion supplémentaire.

Certains des enfants qui avaient 5 ou 6 ans quand ils sont entrés à Maia ont aujourd’hui 12 ou 13 ans. L’adolescence est là avec ses nouveaux défis. Il est urgent d’apporter une attention particulière au corps.

— Claire Doyon

 

Le développement du sport au sein de Maia apporte une réponse convaincante. Non pas le sport comme activité occupationnelle ou défouloir de pulsions devenues trop intenses à maîtriser, mais comme pratique intensive guidée par une technique précise, structurée en étapes avec des objectifs à atteindre. L’apprentissage de plusieurs sports fondamentaux tels le vélo, la natation, le ping-pong, diversifient l’entrainement et offrent à l’adolescent un choix d’activités variées.

Envisager le corps comme un levier d’apprentissage : maîtriser sa peur, gagner en équilibre, en coordination, en motricité, en symétrie.
Cette approche sera développée dans nos lettres d’information et sur notre site.

En parallèle à la prise en charge sportive, nous proposons des techniques complémentaires favorisant la conscience du corps, l’intégration des schémas corporels, ou la prise de conscience des différents systèmes du corps à travers la pratique du yoga, le body centering, un travail sur les reflexes archaïques, et les séances d’ostéopathie.

Par ces techniques nous espérons apporter une réponse aux besoins spécifiques des adolescents qui, s’ils parviennent à être mieux dans leur corps, leur posture, leur marche tout leur être qui s’en trouvera plus épanoui.

bandeau Réflexes

LES RÉFLEXES ANCESTRAUX

L'objectif de l’ intégration des réflexes primitifs est l'amélioration du traitement sensoriel et du tonus musculaire, l'intégration d'un schéma corporel plus stable, une clarification des limites entre soi et le monde extérieur. 

 

ENTRETIEN AVEC CLAIRE LECUT, PRATICIENNE DANS LE DOMAINE DE L'INTÉGRATION NEURO-SENSORIMOTRICE DES RÉFLEXES ARCHAÏQUES, EN RESTRUCTURATION COGNITIVE.

En quoi les enfants avec autisme sont-ils particulièrement concernés par les réflexes archaïques ?

Les réflexes archaïques sont des mouvements automatiques, déclenchés par des stimuli extérieurs, que l’on observe chez le nouveau-né. C’est grâce à ces mouvements réflexes que les neurones vont pouvoir se développer et former un réseau de communication entre différentes parties de son système nerveux.

La phase d’intégration se déroule pour la majeure partie des réflexes avant l’âge d’un an. En fait, le schéma réflexe cède peu à peu la place à un mouvement contrôlé et volontaire.

Par exemple, le réflexe d'agrippement se transforme en un mouvement volontaire chez le petit enfant qui va progressivement être en mesure de décider s’il souhaite (ou non) prendre/lâcher n’importe quel objet.

Les programmes réflexes qui constituent la base neurologique du contrôle des mouvements du bébé, permettent aussi de renforcer son tonus musculaire et lui procurent une disponibilité posturale, intellectuelle, et un état de sécurité intérieure. Cet état lui est indispensable pour développer sa curiosité et l'envie d'explorer le monde qui l'entoure.

Chez les enfants avec autisme il est très fréquent que certains réflexes ne se soient pas intégrés complètement. La rémanence de plusieurs réflexes archaïques - notamment les réflexes de Moro et de Paralysie par la Peur - provoque un stress corporel tel, qu’il leur est difficile de se consacrer pleinement à l'apprentissage.

 

La principale conséquence de l'incorrecte intégration de ces réflexes est une hypersensibilité tactile, vestibulaire, auditive, voire visuelle ou olfactive, mais aussi un déficit postural, des troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité.

Quels types d’interventions faites-vous ?

J'aide l'enfant à atténuer les effets de ces réflexes par des séquences de mouvements rythmiques très spécifiques et des stimulations sensorielles douces et progressives. C’est grâce à la plasticité cérébrale que l’on peut y parvenir.

 

J’utilise des techniques qui ont fait leurs preuves aux Etats Unis, au Royaume-Uni, en Suède, en Australie ou en Pologne. Mes principales références sont les programmes développés par Svetlana Masgutova, Peter Blythe ou le Dr Blomberg.

Mes interventions sont « éducatives » et je privilégie l'appropriation par l'enfant du sens de son « schéma corporel ».

 

Mon objectif :

 

permettre à l’enfant autiste d’accéder à une compréhension plus mature de lui-même, tant sur le plan physique qu’émotionnel, et par conséquent, à une meilleure compréhension des autres et de son environnement, ce qui lui permet de renforcer sa confiance et ses facultés d’adaptation.

Qu’en est-il de MAIA ?

L’IME expérimental MAIA est le seul IME qui a une approche «réflexes archaïques». Par ailleurs, j’exerce en libéral avec enfants et adultes. Mon expertise en RMT (Rhythmic Movement Training) me conduit également à la formation de posturologues, orthophonistes, ostopathes, psychomotriciens, éducateurs et autres professionnels intéressés par le sujet.

 

Par le biais de conférences, je sensibilise parents et futurs parents sur l'importance de ces éléments fondateurs du bon développement de l'être que sont les réflexes primitifs.

Bandeau 1920 x 1200 (1).png

Quatre exemples de réflexes archaïques

L’IME expérimental MAIA est le seul IME qui a une approche «réflexes archaïques». Par ailleurs, j’exerce en libéral avec enfants et adultes.

 

Mon expertise en RMT (Rhythmic Movement Training) me conduit également à la formation de posturologues, orthophonistes, ostopathes, psychomotriciens, éducateurs et autres professionnels intéressés par le sujet.

le biais de conférences, je sensibilise parents et futurs parents sur l'importance de ces éléments fondateurs du bon développement de l'être que sont les réflexes primitifs.

Réflexe d’agrippement (Grasping reflex) 

On présente un doigt ou un objet (crayon) au bébé, il le saisit automatiquement.

Permet à l'enfant d'aller peu à peu dans la motricité fine.

Réflexe de Moro (Réflexe d’embrassement)

La position de la tête du bébé est changée brusquement, il écarte bras et jambes et inspire; ses bras se replient ensuite vers sa poitrine en exécutant un mouvement d’étreinte, il se met à pleurer.

 

Expériences fondatrices de la gestion du danger, et du "filtre" sensoriel.

Réflexe de Galant

Si on stimule le côté de la colonne vertébrale du bébé, il effectue une flexion de tout le corps vers ce côté. Soutient la mise en place des axes avant/arrière, haut/bas, droite/gauche, prépare à la station debout pour la marche mature.

Réflexe Tonique Asymétrique du Cou

Le bébé tourne la tête : bras et jambe s'étendent du même côté et fléchissent du côté opposé.

 

Réflexe fondamental pour le ramper et le 4 pattes : mise en place de la latéralisation et stimulation des 2 hémisphères cérébraux.

BCM - Maia

BMC

BMC

Anne-Catherine Nicoladzé est danseuse, performeuse, pédagogue et éducatrice en développement moteur du nourrisson BMC®. 

 

La séance individuelle avec un enfant est un partage autour du mouvement et du jeu . Il s'agit d'accompagner, de soutenir et faciliter le mouvement et la relation qui s'engage à travers lui.

 

Le BMC® et la danse contact improvisation favorisent la rencontre de façon joyeuse et bienveillante. L'accent est mis sur l'exploration, l'écoute de soi et la créativité.

Le corps du praticien est investi et impliqué pendant toute la durée de la séance. 

L’attention porte sur des aspects anatomique, physiologique, structurel, relationnel, poétique et ludique ( gravité/ axe central-axe vertébral/ centre et aux périphéries /le confort et la douceur dans la mobilité / l’ajustement du tonus au repos et à l’activité /la respiration/ poids et transfert de poids/ le jeu /se laisser guider par l'enfant, sa créativité/ la confiance et le sens de soi)

D'AUTRES PRATIQUES

 

L'OSTÉOPATHIE

L’ostéopathie travaille sur les restrictions de mobilité affectant les structures du corps humain. 

Physiothérapie enfant
Traitement chiropratique

LE SHIATSU

Le Shiatsu, qui signifie en japonais pression (Atsu) des doigts (Shi), utilise la pression par le touché afin de stimuler des points sur l’ensemble du corps dans le but de rétablir la libre circulation de l’énergie selon les principes de la Médecine Traditionnelle Chinoise.